Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et NP?

Hémorroïde, endométriose, syndrome du piriforme...

Modérateur: cousin54

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Christine64 » Jeu 28 Avr 2016 19:18

Mais pour cela il faut avoir une intélorance au lactose, ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

Voici un article sorti du site Améli (Sécurité Sociale) ; il peut y avoir des intolérances et le lait peut provoquer des inflammations, mais pas à tous les coups. Il faut pour cela justifier, par des analyses, des tests allergènes :

l'article : "Intolérance au lactose : définition et symptômes
L’intolérance au lactose est un problème de digestion qui témoigne d’un déficit d’une enzyme, la lactase. Celle-ci ne digère plus le lactose qui se retrouve au niveau de l’intestin où il fermente. Cela entraîne des symptômes digestifs inconfortables, mais sans complication possible, contrairement à une allergie.

Lactose, intolérance au lactose, déficit en lactase : quelques définitions
Le lactose est le principal sucre du lait. On ne le trouve d’ailleurs que dans le lait et ses produits dérivés.

Le lactose nécessite une enzyme, la lactase, pour être digéré. La lactase, normalement produite par l'intestin, décompose le lactose provenant de l'alimentation en deux autres sucres (glucose et galactose), qui peuvent être facilement absorbés par l’intestin.

Le lactose joue un rôle nutritif indispensable dans la phase de vie initiale d’un nourrisson et pose rarement problème à cet âge. C’est après le sevrage maternel, ou l’arrêt du biberon, que l’activité de la lactase diminue. Et ce, dans des proportions très variables suivant les individus, et sous l’influence de la génétique.

Consulter l’article "Le lait comme seul aliment lors des premiers mois"

Les personnes qui souffrent d'intolérance au lactose ne produisent alors plus assez de lactase, ou quelquefois plus du tout. Il existe en effet divers degrés d’intolérance selon la quantité de lactase encore produite par l’individu.

En cas d’intolérance au lactose, celui-ci n’est pas digéré et descend dans le colon (gros intestin) où il est fermenté par des bactéries. Ce processus provoque la production de gaz et un appel d’eau dans le gros intestin, ce qui entraîne une accélération du transit intestinal avec diarrhées, gaz et douleurs.

Intolérance au lactose : les symptômes
L’importance des symptômes varie d’un individu à l’autre. Elle est fonction de l’activité lactase restante et de la quantité de lactose absorbée.

Les symptômes apparaissent le plus souvent entre 30 minutes et 2 heures après l'ingestion de la nourriture contenant le lactose. Ils sont de deux types :

des symptômes intestinaux tels que gaz, sensation de ballonnement, crampes abdominales, diarrhée, nausées, vomissements ;
des symptômes généraux comme des maux de tête, une fatigue, des douleurs musculaires et articulaires, etc.
Les causes de l’intolérance au lactose
Le plus souvent, il s’agit simplement d’une diminution progressive de l’activité de la lactase entre la fin de l’enfance et le début de l’âge adulte. Cette diminution provient d’une adaptation normale à la diversification de l’alimentation, et non d’une maladie.

Chez l’enfant, une intolérance passagère, après une gastro-entérite par exemple, est bien plus fréquente qu’une intolérance permanente.

Consulter l’article "Les symptômes et les facteurs de la gastroentérite chez l'enfant"

Il est tout à fait exceptionnel qu'un nourrisson soit déficient en lactase. Il s’agit alors d’une maladie rare, le déficit congénital en lactase.

LIEN UTILE
Le déficit congénital en lactase est une maladie rare.
Pour être informé sur cette maladie, s’exprimer librement et être écouté, appeler Maladies Rares Info services au 01 56 53 8136 (numéro non surtaxé).
Une équipe de professionnels répond à toutes vos questions.

L'intolérance au lactose qui se développe avec l’âge touche une grande partie de la population adulte, à divers degrés. Pour la majorité des individus, le seuil de tolérance est cependant assez élevé pour qu’une consommation raisonnable de produits laitiers (c’est-à-dire un bol de lait) ne génère aucun symptôme digestif.

L’intolérance au lactose peut aussi être acquise ou secondaire à une affection de l’intestin grêle (maladie cœliaque, gastro-entérites ou maladie de Crohn). Elle peut durer parfois plusieurs semaines, le temps que la muqueuse intestinale guérisse.

L’intolérance au lactose ne doit pas être confondue avec l’allergie aux protéines de lait, bien plus rare et plus grave. Celle-ci provoque des symptômes digestifs (douleurs abdominales, vomissements, diarrhée), mais aussi respiratoires (congestion nasale, toux, éternuements), et dermatologiques (urticaire, eczéma).

L’intolérance au lactose n’entraîne pas de risque de complications, contrairement à l’allergie aux protéines de lait.


C'est donc bien une intolérance au lactose qui se doit d'être vérifée ; un essai de privation pendant quelques jours, semaines va vite nous dire si les douleurs dues à nos névralgies sont dues au lait .... si cela n'a aucun effet vous pouvez reprendre le lait comme vous aimiez le faire.

C'est ce qui a été fait pendant une dizaine de jours dans une clinique recevant des malades de fibromyalgie : sur la fibromyalgie, mon amie qui y était, n'a eu aucune amélioration notoire sur ses douleurs et elle a été plutôt mal en point des substituts qu'on lui a donnés pour remplacer le lactose. Ils ont fait la même chose avec le gluten. Il ne faut pas faire les deux ensemble car on ne saura jamais à quoi on est intolérant, si on l'est ... rien n'est moins sûr.

Donc l'affirmation par les uns et les autres est à mon avis à prendre avec précaution, chacun doit se faire sa propre opinion en essayant effectivement.

Nous ne sommes donc pas tous intolérants.

Ensuite, lorsque l'argument que le lait de vache ne peut être adapté qu'au veau, j'ai quand même une interrogation.

Imaginez que votre chi**** ou votre chatte décède après avoir mis au monde ses petits. A quoi seront-ils alimentés par l'humain ? par du lait de vache en priorité et la vie de ces petits chats et petits chiens est préservée. Alors !!!! comme quoi je crois que c'est chaque personne qui peut le dire et après tests : on absorbe plus ou moins le lactose, l'organisme s'y habitue ou s'y déshabitue mais on n'est pas tous pareils. C'est pour cela qu'il ne faut pas en faire une généralité.
début maladie 2007 - diagnostiquée NP en 2008 - Ne supporte aucun médicament- Tramadol, Rivotril et Tens.NP confirmée janvier 2014 - confirmation à Nantes en mai 2014 NP et NC - pas opérée.
Janvier 2015 suivie à Toulouse à l'hôpital PPR pour éventuel implant d'un NS. Depuis plus de nouvelles de Toulouse
Christine64
 
Messages: 1563
Enregistré le: Lun 7 Avr 2014 16:26

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar tulipe » Jeu 28 Avr 2016 20:23

le lait de vache permet de faire en effet grossir les petits chiots ou chaton c'est normal le lait de vache est bourré d'hormones de croissance pour que le veau grossisse alors pourquoi pas aux bébés animaux orphelins qui ont justement de grandir mais jusqu'à un certain point

Les sites gouvernementaux sont défenseurs et complice de l'industrie laitière donc pour eux "buvez du lait, mangez des yaourts (actimed, bifidus etc ..." ça fait tourner l'industrie laitière et en plus on vous ment sur les bienfaits du lait.

terminé pour moi
opérée à aix en 2013 - douleurs réapparues depuis début 2016 (douleurs aléatoires parfois difficiles)- aucun médicament - je prévois éventuellement le botox à aix (à voir)
tulipe
 
Messages: 215
Enregistré le: Mer 30 Juil 2014 17:27

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Lalaith » Jeu 28 Avr 2016 20:54

Tulipe,

Je suis d'accord à 200% avec toi, et suis contente de voir qu'un bon nombre de personnes ne sont pas naïves et voient très clairement que les lobbies laitiers sont très puissants et nous manipulent. Leurs intérêts financiers vont à l'encontre de la santé des consommateurs.

Je poste le lien d'une vidéo que j'ai vu circuler il n'y a pas longtps sur le net:
https://www.youtube.com/watch?v=sNtgESOqFsU

Comme tulipe, je n'ai pas envie de débattre, les produits laitiers favorisent l'inflammation et ne sont pas indispensables: absolument tout le monde le sait aujourd'hui en 2016, beaucoup de kinés et de rhumatos le disent maintenant, y compris dans les thérapeutes que j'ai rencontrés. Tant pis pour ceux qui ont du mal avec la vérité. En ce qui me concerne je ne veux pas perdre mon temps à essayer de justifier une évidence.

Bonne soirée à tous!
Femme 26 ans. Début NP juillet 2014. Synd.myof et hypersensibilité (diag: Nantes et Aix)
Lyrica,laroxyl,crèmes vulvaires, renforcement lombo-pelvien, étiremts.
Juin 2015: infiltrations puden.(G+D) + injections botox à Aix (G+D), du mieux.
Synd.myof. ischio-coccygien apparu suite à manip chiro, janv 2016.
Lalaith
 
Messages: 186
Enregistré le: Ven 1 Aoû 2014 19:13

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Jean Aymar » Jeu 28 Avr 2016 21:10

Christine64 a écrit:Il n'y a pas d'études randomisées là-dessus juste des modes, .


Comment sais tu qu'il n'y a pas d'études randomisées sur une diète sans laitages ?
Tu lis toutes les publications médicales qui paraissent ? Tu es abonnée à Pubmedline ?

En fait tu as raison, il n'y en a pas, mais pour la simple raison qu'il est impossible de faire une étude randomisée
quand le traitement consiste en une diète alimentaire. L'étude randomisée en double aveugle est surtout
adaptée aux médicaments.

Mais il y a pléthore de littérature scientifique qui va dans le sens d'une remise en question des bienfaits du lait. Notamment d'éminents chercheurs en nutrition de Harvard mettent en garde sur une consommation excessive de produits laitiers, depuis des lustres. Et de nombreux médecins, dans le monde entier, observent, depuis des lustres, des améliorations significatives sur certaines pathologies, par éviction des laitages et/ou autres aliments. Voir le régime Seignalet, dont l'éviction des laitages fait partie ("Alimentation 3è médecine).

Mais pour cela il faut avoir une intélorance au lactose


Ce n'est pas le seul inconvénient des laitages, un paquet d'autres sont soupçonnés, voire démontrés.
Il y a aussi l'intolérance et /ou les effets délétères de la caséine (protéine de lait), qui se dégrade en casomorphine, une substance proche de la morphine.

Et aussi le taux très élevé de certains facteurs de croissance comme les IGF (Insuline Like growing factor),car le lait de vache est fait pour faire prendre 200 kg à un veau en 1 an. Pour cette raison, le lait est soupçonné de favoriser certains cancers ( prostate....). Il est également soupçonné de participer à l'apparition du diabète de type 1 car les IGF sont assez proches de l'insuline ( une étude a été menée au niveau européen à ce sujet, je ne sais quelles ont été les conclusions)., et aussi de favoriser certaines maladies auto immunes etc....

Il y a d'autres inconvénients soupçonnés et étudiés, ça ne se résume pas à la simple intolérance au lactose, comme tu le répètes invariablement, quand ce sujet est abordé.

Effets de mode ces histoires de lait

Une mode par définition est éphémère. Or pendant 5 millions d'années, les humains n'ont pas consommé de lait, en dehors de celui de leur mère. Aujourd'hui encore, les 2/3 de l'humanité n'en consomme pas, c'est donc une mode qui est très suivie, entre autres, dans certains pays en voie de développement.....et qui dure longtemps.

Tu penses bien que j'ai essayé .... et ce ne fut pas facile car je n'aime pas les laits un peu forts comme brebis ou chèvre et aucune amélioration


En fait tu as juste remplacé le lait de vache par du lait de brebis et de chèvre...... c'est tous les laitages qu'il faut supprimer, comme l'a indiqué Lalaith...Donc tu n'as rien essayé..

Et le fait que ça ne marche pas sur toi, ne signifie pas que ça ne marche pas sur d'autres..... car tu ne constitue pas, à toi toute seule, un échantillon représentatif de l'espèce humaine. Il y a des tas de personnes qui ont des résultats très significatifs, sur des pathologies réputées incurables, avec le Régime Seignalet ou autre ( j'en connais qui se sont sortis de polyarthrite...)

Moi, ça ne m'a rien fait, mais je ne balaye pas tout ça d'un revers de main.

Après, il y a aussi un certain nombre de chercheurs indépendants ( je dis bien indépendants, car tous les autres pour moi sont disqualifiés vu qu' ils entretiennent des liens très étroits avec les marchands de yaourts, et ne peuvent être réellement objectifs), surtout Canadiens qui remettent en question toutes ces théories et considèrent les laitages comme des aliments sains ne présentant pas d'inconvénients, au contraire. Comme le DR Mary Enig de la fondation Weston Price ,et bien d'autres....
Taty Lauwers a éplucher toute la littérature scientifique sur les laitages et elle nous fait part de ses conclusions, plutôt favorables au lait( surtout lorsqu'il est consommé cru) dans son livre : " Qui craint le grand méchant lait"

En matière de nutrition, je n'ai aucune certitude, car les préconisations sont fluctuantes et contradictoires.
Ce qui était bon hier, est mauvais aujourd'hui. Et ce qui est considéré comme bon, aujourd'hui, risque d'être remis en question dans le futur.
Les connaissances sont incomplètes aujourd'hui, en matière de nutrition
fibromyalgie ancienne.
Diagnostiqué N.P. bilatérale le 09/10/14 à Aubagne (EMG + ECHODOPPLER)
1ère infiltration bilatérale le 16/10/14 : pas de réactions.
2è infiltration le 17/11/14 : pas d'amélioration non plus.
Jean Aymar
 
Messages: 123
Enregistré le: Sam 18 Oct 2014 09:11

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Jean Aymar » Jeu 28 Avr 2016 21:27

fibromyalgie ancienne.
Diagnostiqué N.P. bilatérale le 09/10/14 à Aubagne (EMG + ECHODOPPLER)
1ère infiltration bilatérale le 16/10/14 : pas de réactions.
2è infiltration le 17/11/14 : pas d'amélioration non plus.
Jean Aymar
 
Messages: 123
Enregistré le: Sam 18 Oct 2014 09:11

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Jean Aymar » Jeu 28 Avr 2016 21:49

opioïdes dérivés du gluten et de la caséine et schyzophrénie (Pubmed) :
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25661529
fibromyalgie ancienne.
Diagnostiqué N.P. bilatérale le 09/10/14 à Aubagne (EMG + ECHODOPPLER)
1ère infiltration bilatérale le 16/10/14 : pas de réactions.
2è infiltration le 17/11/14 : pas d'amélioration non plus.
Jean Aymar
 
Messages: 123
Enregistré le: Sam 18 Oct 2014 09:11

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Olivia » Jeu 28 Avr 2016 23:12

Intervention très intéressante, Jean, qui corrobore ce que j'ai pu lire. Il est cependant, pour beaucoup, difficile de se priver de laitages tant l'histoire de la consommation des Français en a fait une habitude alimentaire privilégiée. C'est un peu en train de changer, il me semble.
Olivia
 
Messages: 185
Enregistré le: Lun 7 Avr 2014 16:02

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Christine64 » Ven 29 Avr 2016 05:45

Jean,

Et le fait que ça ne marche pas sur toi, ne signifie pas que ça ne marche pas sur d'autres..... car tu ne constitue pas, à toi toute seule, un échantillon représentatif de l'espèce humaine. Il y a des tas de personnes qui ont des résultats très significatifs, sur des pathologies réputées incurables, avec le Régime Seignalet ou autre ( j'en connais qui se sont sortis de polyarthrite...)

Et tu as raison entièrement raison. Heureusement pour moi que je ne représente pas à moi seule un échantillon de l'espèce humaine. Je pense que j'aurais été éliminée de cette terre depuis quelques temps :)

Une mode par définition est éphémère. Or pendant 5 millions d'années, les humains n'ont pas consommé de lait, en dehors de celui de leur mère. Aujourd'hui encore, les 2/3 de l'humanité n'en consomme pas, c'est donc une mode qui est très suivie, entre autres, dans certains pays en voie de développement.....et qui dure longtemps.

Oui là aussi tu as raison, si c'est une mode cela ne va pas durer. Donc on verra dans le temps si l'absence de lait améliore vraiment la qualité de notre vie, de notre physique.

Lorsque l'on intervient ici, bien entendu l'on intervient avec ce que l'on sait ou croit savoir (parfois certains et quelquefois moi la persuasion que l'on détient la vérité) mais tu le démontres bien avec ton long message, il y a tellement tellement d'informations que nous n'avons pas que ni les uns, ni les autres ici présents peuvent prétendre la détenir.

Notre corps s'est adapté à tellement d'aliments différents que ceux que prenaient nos ancêtres dans des temps extrêmement éloignés, puis notre corps a continué à bien les assimiler, d'autres corps ne les assimilent plus un peu comme les médicaments que l'on supporte pendant des dizaines d'années (ce fut mon cas) et d'un seul coup les effets secondaires sont apparus alors que je n'en n'avais jamais eu. Le corps change et l'on n'en tient pas compte (les années passent aussi sur nos organes digestifs).

J'ai repris tout simplement l'article de la SS quant au lactose. Il y a t'il des articles totalement indépendants ? hummm !!!

Ceci dit ton long mail est très intéressant car bien développé.
début maladie 2007 - diagnostiquée NP en 2008 - Ne supporte aucun médicament- Tramadol, Rivotril et Tens.NP confirmée janvier 2014 - confirmation à Nantes en mai 2014 NP et NC - pas opérée.
Janvier 2015 suivie à Toulouse à l'hôpital PPR pour éventuel implant d'un NS. Depuis plus de nouvelles de Toulouse
Christine64
 
Messages: 1563
Enregistré le: Lun 7 Avr 2014 16:26

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Marie-Claire » Ven 29 Avr 2016 14:49

Seule contre tous Christine !!!
Tes interlocuteurs ne sont pas de bonne foi ! Laisses tomber !
Personne quant à moi ne m'empêchera de manger du fromage ! :D
Depuis 2008 - Syndrome de la queue de cheval - paraplégique incomplète - Douleurs neuropathiques intenses : étaux et brûlures en continu avec des pics insupportables -
Marie-Claire
 
Messages: 255
Enregistré le: Mer 19 Nov 2014 21:01

Re: Petite enquête: colopathie et NP? doulaires dentaires et

Messagepar Christine64 » Ven 29 Avr 2016 15:03

Je sais Marie-Claire, j'ai bien vu ....

Pas grave, oui je laisse tomber !!!! et reste près de toi en pensée, en très forte pensée, en douce pensée, en amicale pensée. Parce que tu le "veau" bien !!!

Bisous
début maladie 2007 - diagnostiquée NP en 2008 - Ne supporte aucun médicament- Tramadol, Rivotril et Tens.NP confirmée janvier 2014 - confirmation à Nantes en mai 2014 NP et NC - pas opérée.
Janvier 2015 suivie à Toulouse à l'hôpital PPR pour éventuel implant d'un NS. Depuis plus de nouvelles de Toulouse
Christine64
 
Messages: 1563
Enregistré le: Lun 7 Avr 2014 16:26

PrécédenteSuivante

Retourner vers Associées, secondaires ou consécutives à la névralgie pudendale

RUBRIQUE SANTE

PudendalSite vous propose plusieurs articles medicaux. Nous vous proposons une fiche complete sur la prostatite aigue ou chronique ainsi que sur la maladie de Lyme par piqure de tique.

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités